Facebook Twitter Flickr RSS

Communiqué Parcoursup

Logo fcpe 33 petitCommuniqué de presse – 22 mai 2018  Parcoursup : La FCPE Gironde dit non !

 

Après les annonces d’une révolution pour les futurs bacheliers et d’une réforme ambitieuse pour l’enseignement supérieur, la sélection à l’université débarque !

 

Car il s’agit bien de sélection : on nous avance les statistiques concernant les taux d’échec, la difficulté pour les bacheliers détenteurs de certains baccalauréats à suivre à l’université. Ces réalités existent certes mais ne seront en aucun cas résolues par le nouveau système imposé.

 

L’argument de l’échec qui toucherait 60 % d’étudiants n’ayant pas obtenu leur diplôme au bout de 4 ans pour la licence* ne peut être retenu. En effet, les chiffres de l’abandon en première année sont très proches de ceux des classes préparatoires (CPGE) : 25 % de non-réinscription en L1 à l’université et 20% en CPGE). Doit-on pour autant en conclure que tout redoublement, réorientation, année de césure sont des échecs ? Ces chiffres ne sont-ils pas stigmatisés pour faire peur aux parents et leur faire passer en douceur ce nouveau mode de sélection ?

 

De plus, nous insistons sur le fait que Parcoursup produit une véritable iniquité selon l’origine sociale, géographique et selon la filière de l’établissement dans lequel est inscrit l’élève. Demander pour chaque vœu formulé un CV et une lettre de motivation est un premier stade de creuset des inégalités chez les lycéens. Les parents aguerris pourront accompagner leur enfant dans cette démarche, d’autant que les pratiques extra scolaires, les engagements associatifs, citoyens peuvent aussi être des critères discriminants.

 

En instaurant la sélection avec des critères propres à chaque formation et établissement d’enseignement supérieur, on assiste à un traitement complètement hasardeux des dossiers étant donné le nombre de dossiers, leur traitement par des enseignants-chercheurs dans des délais contraints et sans moyens alloués.

Sur le papier, la réforme prévoyait du soutien, une remise à niveau, un accompagnement pour que chaque étudiant réussisse son parcours universitaire... faute de moyens sûrement, on en a perdu toute trace en chemin !

 

En tentant de régler le problème des filières en tension, la loi ORE (Orientation et réussite des étudiants) ne garantit pas le libre accès des lycéens à la formation universitaire de leur choix. Elle établit une concurrence et une hiérarchisation des établissements supérieurs.

 

Ce dispositif semble plus prompt à répondre à des logiques comptables qu’à répondre à l’accompagnement des futurs bacheliers.

 

Depuis ce soir 18 heures, de nombreux futurs bacheliers se trouvent sur des listes d’attente. La FCPE Gironde restera mobilisée et à leur coté dans la période qui s’annonce : Eté très incertain et rentrée très compliquée !

 

*(chiffre du ministère)

 

VERSION PDF